vendredi 3 mars 2017

Le cancer et les bactéries : des copains de notre organisme

* Théories sur le cancer
"Le cancer est généralement présentée de manière caricaturale comme l’affrontement entre deux camps : les cellules cancéreuses d’un côté (les méchantes) et le système immunitaire de l’autre (les gentils). Cette vision est bien loin de refléter la réalité.
L’idée que le cancer est une bataille entre l’organisme et les cellules cancéreuses est une présentation bien désuète et reflète fort mal la réalité. Différentes raisons doivent nous inciter à considérer la maladie non pas comme un agent extérieur à l’organisme, mais comme en faisant partie.
Le système immunitaire commence
par protéger les cellules cancéreuses"
...
"Il faut arrêter de voir le cancer comme un agent extérieur, car il fait partie de l’organisme comme le cœur ou les poumons."


L'article en entier :
http://www.luc-bodin.com/2012/08/23/la-reversion-cancereuse-spontanee/





* Sur le fameux candida albicans, micro-organisme présent chez tout le monde, qui est utile pour nettoyer l'organisme, et qui est indicateur de l'état de notre corps. Le problème est qu'il peut muter et se multiplier à outrance puis créer des symptômes gênants. Ce n'est pas forcément la bonne méthode, de vouloir éradiquer à tous prix le Candida, mais il faudrait plutôt se préoccuper des causes de la raison de sa présence, du terrain, notre hygiène de vie, etc (j'ai juste l'extrait d'un texte, qui a été effacé d'internet:)

"Nos Candida albicans sont de véritables nettoyeurs pour notre organisme. Lorsqu'il augmentent en surnombre cela s'appelle une candidose et elle se manifeste à divers degré. Il faut bien comprendre que pour rétablir une candidose cela nécessite plusieurs éléments-clés. L'usage d'antifongique est inapproprié et ne fait que contribuer à développer des résistances dans le royaume du Mycobiome, au même titre que l'usage d'antibiotiques développent des résistantes de bactéries tout en augmentent la dysbiose/candidose intestinale.
Il y a à comprendre la candidose et pourquoi elle se développe, il n'y a pas à vouloir éradiquer tous les Candida, nous en avons besoin en quantité régulée. Une candidose intestinale se développe notamment dans des intestins où les matières et déchets se cumulent, dans un environnement où les toxines se cumulent. Lorsque des microbes tels que Candida albicans interviennent et augmentent ils le font pour aider leur hôte face à toutes sortes de composants notamment alimentaires inadaptés à notre physiologie, ils décomposent des déchets acides et toxiques (toxines incluant mercure, aluminium et autres métaux) qu'ils nettoient, piègent, digèrent en remplissant leurs propres cellules. Seulement leurs déjections produisent également des substances telles que du sulfure d'hydrogène, de l'acide urique, d'autres acides contribuant à augmentant l'état d'acidose."




Si l'ennemi n'est pas celui que l'on croyait être, on en revient donc à l'idée de l'homéostasie... Par son pouvoir d'homéostasie, le corps maintient en équilibre toutes ses constantes sanguines; grâce à son système de défense, il nettoie tous ses vaisseaux et ses tissus et se défend contre les envahisseurs.












LA MEILLEUR REMÈDE POUR NOTRE CORPS SE TROUVE À L’INTÉRIEUR DE NOTRE CORPS.
"La différence entre le vivant et le non vivant est la capacité à l’homéostasie. La bonne nouvelle pour nous êtres humains, c’est donc que notre corps est capable de se réguler lui même. Il est capable, sans éléments perturbateurs extérieurs, d’être en bon état physique et psychique. Et dans le cas ou il n’irai plus bien, il met en place des processus régulateurs pour revenir à son état d’équilibre. La question qui en découle est donc : si nous ne sommes pas en bonne santé ou heureux, quels sont ces éléments perturbateurs qu’il faudrait éliminer pour revenir à un état de bien être ?
Tout système vivant laissé à lui même en l’absence de perturbations, revient spontanément à l’état d’équilibre.
AGIR SUR LES CAUSES.
Pour aller bien (ou mieux), nous ne sommes donc pas obligé de chercher à aller trouver des « solutions » et remèdes à ces « maladies ». Car ces « maladies. sont bien souvent les moyens qu’à trouvé le corps pour évacuer ce qui n’est pas bon en nous. Ces troubles qui nous gênent sont les conséquences d’éléments qui nous perturbent et celui ci cherche donc simplement à les faire ressortir. Ce sont en quelque sorte les indicateur sur le tableau de bord, qui nous montrent que quelque chose ne va pas, et dérange notre bon fonctionnement.

Au lieu d’aller chercher à traiter les conséquences, il suffirait donc de repérer les causes extérieures qui nous empêchent d’être bien. Cela peut être divers facteurs comme :

L’alimentation, la qualité de l’air que nous respirons, l’eau que nous buvons, l’épuisement nerveux, les relations que nous entretenons avec les autres, l’environnement social, le travail, la faiblesse physique,…"



Agir sur la cause, non sur la conséquence. Se poser, réfléchir et tenter de se reconnecter avec nous même, s’écouter. Lister les éléments perturbateurs possibles parmi tout ce qui nous entoure, au lieu de se jeter sur des médicaments qui ne vont faire qu’étouffer ce que notre corps tente de nous dire.

Le jeûne le moyen le plus simple et le plus naturel, de remettre les compteurs à 0 !
Notre corps possède les moyens de se régénérer, se guérir et de se défendre...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire